Les Célestins, Théâtre de Lyon
Saison 24/25

Aimer un peu, beaucoup, à la folie...

reunification_des_deux_corees_elise_toide.jpg
Que reste-t-il à dire sur l’amour ? Récits intimes et universels, les passions amoureuses nous touchent au cœur. Salvatrices, destructrices, légères, (dé)raisonnables. L’amour inspire — pour le meilleur et pour le pire. Que faire quand l’autre s’en va ? Quand il devient notre pire cauchemar ? Même dans désamour, il y a amour. Alors quoi ? 6 spectacles aux Célestins pour faire le tour de la question.
chambre_rouge_elise_toide2.jpg

La Chambre rouge (fantaisie)

Depuis sa « chambre rouge » coupée du monde, Michel Raskine regarde dans le rétro avec gourmandise. La vieillesse, l’amour, mais aussi l’adolescence et l’avenir, sont au cœur de cette création. Un remède à l’isolement.
du 18 au 29 septembre

la_reunification_des_deux_corees_067_elisabeth_carecchio.jpg

La Réunification des deux Corées

Après le succès de Cendrillon, Joël Pommerat revient avec une pièce qui n’a rien perdu de sa force, 11 ans après sa création. Puisqu’il y est question d’amours, d’amitiés, de couples, de solitudes et de parentalités.
du 7 au 17 janvier

ahouvi_c_frederic_iovino_1_.jpg

Ahouvi

Un couple franco-israélien s’est follement aimé avant de se déchirer sous les yeux de leur chien. Yuval Rozman ausculte avec acuité et drôlerie le lien amoureux et son moment de bascule.
du 12 au 21 février

cannibale_r_vincent_arbelet_1_.jpg

Cannibale

Que se passe-t-il quand l’autre va mourir ? Quand cette âme, ce corps chéris s’apprêtent à disparaître – pour toujours ? Un spectacle bouleversant sur le deuil, le désir et l’amour ultime : un véritable choc lors de sa création en 2015.
du 11 au 22 mars

kill_me_2_pixel_4_sofia_alazraki.jpg

Kill Me

Avec quatre danseuses atteintes de troubles mentaux et un sosie de Nijinski, le danseur-étoile des ballets russes, la performeuse argentine Marina Otero place le corps au centre d’une histoire de folie amoureuse.
du 26 au 29 mars

visuel_lefunambule_c_shoes_photography_web.jpg

Le Funambule

Philippe Torreton adapte et joue Le Funambule, le long poème que Jean Genet adressait à Abdallah Bentaga, son compagnon circassien. En s’entourant d’un acrobate et d’un musicien, il se lance dans un exercice inédit au service de ce texte essentiel sur la place de l’artiste et son engagement jusqu’à la mort.
du 6 au 10 mai

Et aussi