cannibale_r_vincent_arbelet_5_.jpg
Les Célestins, Théâtre de Lyon
Saison 24/25

Cannibale

Agnès D’halluin, Maud Lefebvre
cannibale_r_vincent_arbelet_5_.jpg
  • LieuCélestine
  • Durée1h20
  • Tarifsde 8 à 26 €
  • bord de scènejeu. 20 mars
Cette histoire dʼamour traversée par la mort annoncée de l’un des deux amants est bouleversante. Avec ce spectacle, véritable choc lors de sa création en 2015, Maud Lefebvre et Agnès D’halluin créent une arme d’émotion massive. Il est urgent de (re)découvrir ce travail.

Présentation

Ils sont là, tranquillement, dans leur cuisine, à discuter en découpant des légumes et un morceau de viande qu’ils ne vont pas tarder à griller et qui embaumera la salle. Pourtant l’effroi est partout, dans ce grand couteau que l’un manie avec précision et dans ce qui s’annonce : l’un deux, malgré sa jeunesse, va être emporté par une maladie incurable. Alors que faire ?

Vivre ! Dans chacune des pièces de leur chalet commun, ils vont rire, s’engueuler un peu, s’aimer beaucoup, sans impudeur ni pudibonderie. Et si celui qui reste inconsolable dévorait le corps de l’autre après sa mort ?

Une image parmi d’autres images rituelles ; car il n’est pas question dans Cannibale de faits divers, mais du symbole d’un grand amour. Jamais Maud Lefebvre et Agnès D’halluin ne proposent une atmosphère morbide et sombre. Au contraire, tout est solaire, drôle et même cinématographique lors de leurs promenades en forêt, comme si Rohmer avait croisé Guiraudie.

Aucun ethnologue sérieux ne conteste la réalité du cannibalisme, mais tous savent aussi qu’on ne peut le réduire à sa forme la plus brutale consistant à tuer des ennemis pour les manger.
– Claude Lévi-Strauss, Nous sommes tous des cannibales

Distribution

avec Arthur Fourcade, Martin Sève

En images

La presse en parle

"Dans ce huis-clos qui prend place dans une maison isolée au cœur de la forêt, L’Un et L’Autre (ainsi sont dénommés les deux protagonistes) sont à la fois plongés dans la réalité crue du quotidien et tiraillés par des questions existentielles oscillant entre Éros et Thanatos."

"Nulle certitude, nulle pesanteur, mais une grande empathie pour ses personnages que Maud Lefebvre scrute dans les détails minuscules du quotidien. Ce qu’il en ressort, c’est un hymne à la vie et à l’amour. Car tant qu’on n’est pas mort, on est vivant."

"D'une rare intensité, il est rare que le théâtre abolisse à ce point la frontière entre fiction et réalité."

Aller plus loin

Cannibale ITW
Cannibale ITW
youtube

Mentions de production

Production : Collectif X
Coproduction : Théâtre Le Verso – Saint-Étienne

Vous pourriez aimer...

Préparer votre venue