Les Célestins, Théâtre de Lyonle_munstrum_theatre_christophe_urbain.jpg
Les artistes
Lionel Lingelser et Louis Arene
Munstrum Théâtre
Après voir embarqué le public des Célestins dans leur univers queer, fantasque et trash, le Munstrum Théâtre sʼempare de Shakespeare. Avec Makbeth, le duo d’artistes plonge dans la noirceur et continue à creuser ses obsessions : le masque qui dissimule pour mieux révéler, les monstres qui sommeillent en nous, les mondes d'après où le rire et l’effroi sont indissociables.

« Le plateau de théâtre est un lieu sacré qui permet l’empathie, la transformation, la métamorphose du plomb en or. C’est pour nous que Makbeth se déshumanise. Il se sacrifie pour qu’en contemplant sa chute, nous devenions humains. »

Tous les deux formés au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris, Lionel Lingelser et Louis Arene fondent le Munstrum Théâtre en 2012, du côté de Mulhouse. La compagnie se démarque rapidement par sa radicalité esthétique, marquée par les apports du théâtre physique et des techniques masquées. Ce masque comme une seconde peau qui cache autant qu’il révèle, qui permet de semer le trouble, de jouer sur tous les tableaux, outrancier et sacré, comique et horrifique. Ensemble, le duo d’artistes créent les spectacles L’Ascension de Jipé (2013), Clownstrum (2018), Le Chien, la nuit et le couteau de Marius von Mayenburg (2016) et 40° sous zéro (2019) dyptique autour de L’Homosexuel ou la difficulté de s’exprimer et Les Quatre Jumelles de Copi.