Un vivant qui passe

  • Théâtre
De
Claude Lanzmann
Mise en scène
Éric Didry
Avec
Nicolas Bouchaud et Frédéric Noaille

D’après l’œuvre éponyme de Claude Lanzmann
Un projet de Nicolas Bouchaud
Mise en scène Éric Didry
Collaboration artistique Véronique Timsit

Qu’est-ce que regarder et ne pas voir ?

 

Nicolas Bouchaud transcrit au théâtre Un vivant qui passe, film-entretien de Claude Lanzmann sur la barbarie nazie. Avec, chevillée au corps, la conviction que la scène permet d’instaurer une proximité unique avec les œuvres dont elle s’empare.

Qu’est-ce que voir ? Quelles démissions et quelles compromissions conduisent à l’aveuglement ? Dans Un vivant qui passe, film sorti en 1997, Claude Lanzmann interroge Maurice Rossel, délégué du Comité international de la Croix-Rouge durant la Seconde Guerre mondiale. Ce médecin suisse, en plein accord avec les autorités nazies, inspecta les camps d’Auschwitz et de Theresienstadt sans vouloir voir la machine de mort qui se cachait derrière les fausses réalités mises en scène par les Allemands pour sa venue. « Rossel est la meilleure incarnation de ce qui, dans nos vies, nous guette à chaque instant, assure Nicolas Bouchaud. Un racisme ordinaire, un antisémitisme larvé. La haine de l’autre, qu’elle soit raciale, économique ou culturelle. » Soucieux d’incarner une « culture de la Shoah » qui ne soit pas uniquement commémorative, le comédien a conçu ce projet d’adaptation théâtrale. Une manière de transmettre cette culture autrement. À travers des gestes qui, comme celui de jouer, s’inventent dans notre présent.

Durée
1 h 15
Lieu
Célestine
Dates
Prix des places

de 9 à 26 €

+ Détails des tarifs

Réserver

Adaptation – Nicolas Bouchaud, Éric Didry, Véronique Timsit / Scénographie et costumes – Élise Capdenat et Pia de Compiègne / Créateur lumière – Philippe Berthomé en
collaboration avec Jean-Jacques Beaudouin / Créateur son – Manuel Coursin / Régie générale – Ronan Cahoreau-Gallier / Régie lumière – Jean-Jacques Beaudoin

Création le 17 septembre 2021 à Bonlieu – Scène nationale Annecy

Production déléguée : Otto Productions, Théâtre Garonne – Scène européenne – Toulouse
Coproduction : Festival d’automne à Paris, Théâtre de la Bastille, La Comédie de Clermont-Ferrand Scène nationale, Bonlieu scène nationale d’Annecy, Théâtre national de Nice, Comédie de Caen – Centre dramatique national de Normandie

Diffusion : Nicolas Roux – Otto Productions

Bord de scène
ven. 8 oct. après la représentation

Conférence
sam. 9 oct. à 14h30 avec Christophe Tarricone – professeur agrégé d’histoire et co-auteur avec Tal Bruttmann de Les 100 mots de la Shoah, éditions Que sais-je ?
Éclairage sur la place de Theresienstadt dans les persécutions antisémites nazies et sur le travail mené par Claude Lanzmann.

Exposition Enfants d’hier et d’aujourd’hui
Avant ou après votre spectacle, découvrez au Comptoir de la Célestine, une exposition réalisée par des collégiens avec leurs professeurs, sous la coordination de la Maison d’Izieu.
« Qu’ils s’expriment à la première personne ou que leurs voix soient portées par leurs camarades, c’est la parole, l’expérience de vie, les pensées et les réflexions d’enfants réfugiés aujourd’hui en France, que l’exposition nous invite à entendre. » En partenariat avec la Licra.