Huit heures ne font pas un jour

  • Théâtre
De
Rainer Werner Fassbinder Épisodes 1 à 5
Mise en scène
Julie Deliquet
Avec
Lina Alsayed, Julie André, Éric Charon, Évelyne Didi, Christian Drillaud, Olivier Faliez, Ambre Febvre, Zakariya Gouram, Brahim Koutari, Agnès Ramy, David Seigneur, Mikaël Treguer, Hélène Viviès et en alternance Sacha Rouch-Zubillaga et Luce Noël-Mangin

« La mise en scène de Julie Deliquet est brillante. C’est le spectacle le plus réjouissant de cette rentrée théâtrale ». France Inter

« Le feuilleton allemand de Fassbinder, repris sur scène par Julie Deliquet, restitue avec bonheur les tribulations d’une dizaine d’ouvriers dans les années 70 ». Libération

Un spectacle sur la vie ouvrière, optimiste et joyeux. Le Monde

 

Combinant critique sociale et divertissement populaire, la nouvelle création de Julie Deliquet adapte à la scène une série télévisée méconnue de Rainer Werner Fassbinder. Une immersion militante et enjouée dans la classe ouvrière allemande des années 1970.

Diffusée en RFA d’octobre 1972 à mars 1973, Huit heures ne font pas un jour affiche une tonalité surprenante pour une œuvre de Fassbinder : celle de l’espoir et de la joie. À travers le quotidien d’une famille d’ouvriers de Cologne, les Krüger-Epp, le cinéaste allemand (alors âgé de 27 ans) fait le pari de la solidarité intelligente, de la lutte des classes heureuse, de la résistance pugnace mais pacifique. Ceci, sans pour autant masquer les obstacles qu’un ordre social corseté met sur la route des protagonistes.
C’est donc une série à la fois engagée et romanesque que Julie Deliquet adapte cette saison à la scène. Après Un conte de Noël en 2020, son univers en prise directe avec l’instant présent est de retour aux Célestins. Choc du réel. Puissance de l’éphémère. Presque cinquante ans après sa réalisation, Huit heures ne font pas un jour demeure d’une actualité politique féconde. Et crée des mises en perspective passionnantes entre l’existence de la jeunesse d’hier et celle de la jeunesse d’aujourd’hui.

Durée
3 h 15
Lieu
Grande salle
Dates
    Prix des places

    de 7 à 40 €

    + Détails des tarifs

    Traduction – Laurent Muhleisen / Collaboration artistique – Pascale Fournier, Richard Sandra / Version scénique – Julie André, Julie Deliquet, Florence Seyvos / Scénographie – Julie Deliquet, Zoé Pautet / Lumière – Vyara Stefanova / Son – Pierre De Cintaz / Costumes – Julie Scobeltzine / Coiffure, perruques – Judith Scotto / Régie générale – Léo Rossi-Roth / Régie lumière – Sharron Printz / Régie plateau – Bertrand Sombsthay / Accessoiriste Juliette Mougel

    Création le 29 septembre 2021 au Théâtre Gérard Philipe – Centre dramatique national de Saint-Denis

    Le décor a été réalisé dans les ateliers du Théâtre Gérard Philipe – Centre dramatique national de Saint-Denis, sous la direction de François Sallé. 

    Production : Théâtre Gérard Philipe – Centre dramatique national de Saint-Denis
    Coproduction : La Comédie – Centre dramatique national de Reims, TnBA – Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine, La Coursive – Scène nationale de la Rochelle, Théâtre Joliette – Scène conventionnée de Marseille

    Avec le soutien de L’École de la Comédie de Saint-Étienne / DIESE #Auvergne-Rhône-Alpes
    Les œuvres de Rainer Werner Fassbinder sont représentées par L’Arche – Agence théâtrale.
    L’intégralité des huit épisodes de l’œuvre Huit heures ne font pas un jour est publiée par L’Arche Éditeur, www.arche-éditeur.com © L’Arche, 2021.
    Julie Deliquet est artiste associée à la Coursive.

    « La mise en scène de Julie Deliquet est brillante. C’est le spectacle le plus réjouissant de cette rentrée théâtrale ». France Inter

    « Un spectacle sur la vie ouvrière, optimiste et joyeux, baigné par l’énergie galvanisante de la débrouille et du sens du collectif ? On prend ! Et on salue la belle idée qu’a eue Julie Deliquet, d’adapter au théâtre Huit heures ne font pas un jour, le formidable feuilleton télévisé réalisé par Rainer Werner Fassbinder en 1972. La soirée qu’elle présente, en compagnie de ses excellents comédiens, fait crépiter une étincelle d’utopie bienvenue, dans notre monde courbatu par bien des maux ». Le Monde

    « Le feuilleton allemand de Fassbinder, repris sur scène par Julie Deliquet, restitue avec bonheur les tribulations d’une dizaine d’ouvriers dans les années 70 ». Libération

    « Joyeux, optimiste et assumant sa force de vie et de travail, le monde ouvrier mis à l’honneur chez Rainer Werner Fassbinder et adapté par Julie Deliquet sape avec faconde tous les préjugés ». Les Inrockuptibles

    « Julie Deliquet adapte en virtuose au théâtre la chronique familiale et série télévisée à succès de Rainer Werner Fassbinder ». Le Figaro

    CONTREPOINTS, Dialogue sur la création artistique #2
    Jeu. 20 janv. à 18h, Julie Deliquet dialogue avec Olivier Neveux sur les œuvres artistiques qui l’ont influencée et ont marqué son parcours, sa pensée et sa propre démarche de création.
    En savoir +