Électre des bas-fonds

  • Théâtre
De
Simon Abkarian
Avec
Simon Abkarian, Maral Abkarian, Chouchane Agoudjian, Anaïs Ancel, Maud Brethenoux, Laurent Clauwaert, Victor Fradet, Aurore Frémont, Christina Galstian Agoudjian, Rafaela Jirkovsky, Nathalie Le Boucher, Eliot Maurel, Olivier Mansard, Nedjma Merahi, Manon Pélissier, Annie Rumani, Catherine Schaub Abkarian, Suzana Thomaz, Frédérique Voruz et les musiciens Howlin’jaws (Djivan Abkarian, Lucas Humbert, Baptiste Léon)

Créée en 2019 au Théâtre du Soleil, cette vision contemporaine du mythe d’Électre nous immerge dans le monde des bas-fonds. Un monde au sein duquel la musique, le chant et la danse portent haut les chemins d’un théâtre profondément populaire.

Bien sûr, il aurait pu mettre en scène les mots d’Eschyle, d’Euripide ou de Sophocle, auteurs antiques qui ont écrit, à partir du mythe d’Électre, des chefs-d’œuvre de l’histoire du théâtre. Mais Simon Abkarian a préféré revisiter cette histoire de vengeance familiale pour en faire une fable d’aujourd’hui, charnelle et généreuse. Une fable à l’envers dans laquelle, contrairement aux contes rassurants de notre enfance, tout est loin d’être bien qui finit bien. Nous voici dans le quartier le plus pauvre d’Argos. Esclaves, serveuses et prostituées célèbrent comme il se doit la fête des morts. Les meilleurs musiciens sont là : le rock et le blues sont les poumons des réjouissances. La danse, elle, continue là où s’arrêtent les mots. Une vraie fête, donc. Une fête bariolée. Une fête de théâtre qui voit les hommes jouer les femmes, les femmes jouer les hommes. Une fête qui se referme comme un piège sur Clytemnestre et son amant Égisthe. Car à force de prières, Électre a fait revenir Oreste. Ce frère jusque-là exilé va accomplir les voies de son destin. Et de la tragédie.

 

Spectacle récompensé au Prix de la critique 2019/2020 :

  • Prix Jean-Jacques Lerrant (révélation théâtrale de l’année) pour Aurore Frémont
  • Prix du Meilleur compositeur de musique de scène pour Howlin’jaws

et lors des Molières 2020 :

  • Meilleur spectacle dans un théâtre public
  • Meilleure mise en scène d’un spectacle de théâtre public pour Simon Abkarian
  • Meilleur auteur francophone vivant pour Simon Abkarian
Durée
2 h 30
Lieu
Grande salle
Dates
    Prix des places

    de 7 à 40 €

    + Détails des tarifs

    Informations

    SPECTACLE FOCUS en savoir +

    Réserver

    Dramaturgie – Pierre Ziadé / Collaboration artistique – Arman Saribekyan / Création lumière – Jean-Michel Bauer et Geoffroy Adragna / Création musicale – Howlin’ Jaws : Djivan Abkarian, Baptiste Léon, Lucas Humbert / Création collective des costumes sous le regard de Catherine Schaub Abkarian / Création décor – Simon Abkarian et Philippe Jasko / Chorégraphies – la troupe / Répétitrices – Nedjma Merahi, Christina Galstian Agoudjian, Catherine Schaub Abkarian, Nathalie Le Boucher, Annie Rumani / Préparation physique – Nedjma Merahi, Annie Rumani, Maud Brethenoux, Nathalie Le Boucher / Préparation vocale – Rafaela Jirkovsky / Création et régie son – Ronan Mansard / Régie plateau – Philippe Jasko / Chef constructeur – Philippe Jasko avec l’aide de la troupe

    Les photographies du spectacle sont l’œuvre d’Antoine Agoudjian

    Production : Compagnie des 5 Roues
    Coproduction : Théâtre national de Nice – Centre dramatique national Nice Côte d’Azur

    Le Théâtre du Soleil soutient la Compagnie des 5 Roues.
    Électre des bas-fonds est publié aux Éditions Actes Sud-Papiers.

    Spectacle créé le 25 sept. 2019 au Théâtre du Soleil, Paris

    « Ballet de prostituées troyennes, groupe de rock : le metteur en scène réécrit le mythe d’Électre dans une mélopée multimédia cathartique ». Libération

    « Simon Abkarian propose sa version d’Électre, une tragédie de chair et de sang d’une grande puissance dramatique. Avec de la musique, de la danse et des chants ». La Terrasse

    « Un grand travail, heureux et enthousiasmant, un grand spectacle fédérateur et exigeant. À partager dans la joie ». Le Journal d’Armelle Héliot

    « Un spectacle total plein de souffle et d’émotions, qui unit les corps et les lumières dans une danse rythmée par la musique rock. » Rfi

    « Une fresque épique enlevée, aux accents lyriques. » France culture