Thyeste

De
Sénèque
Mise en scène
Thomas Jolly
Avec
Damien Avice, Éric Challier, Emeline Frémont, Thomas Jolly, Annie Mercier, Charline Porrone, Lamya Regragui et Nils Guillaume, Camille Messineo, Piel Niwa, Julien Peinado les deux enfants de Thyeste (en alternance)

Nous l’avions quitté, il y a trois ans, avec un Richard III explosif. Thomas Jolly poursuit son exploration de la monstruosité avec Thyeste de Sénèque.

Il s’agit de l’une des dix tragédies de Sénèque ayant traversé les siècles pour parvenir jusqu’à nous. Une histoire de famille, qui met en scène la rivalité de deux frères — Thyeste et Atrée — s’opposant pour l’obtention d’un même trône. Tricherie, adultère, vol, infanticide, cannibalisme… Comme souvent dans les querelles mythologiques, la vengeance est un plat qui se mange froid et déclenche des actes d’une barbarie inouïe.
Création du Festival d’Avignon 2018, dans la Cour d’honneur du Palais des papes, cette mise en scène tout en contraste mêle musique, spectaculaire, expressivité de chaque instant. Thomas Jolly est un adepte du théâtre total. À travers Thyeste, il met en lumière le parcours fou d’un homme qui se transforme en monstre. Car, en s’attaquant à son frère, Atrée s’attaque à l’humanité entière. Sénèque nous rappelle que nous sommes tous vivants au même endroit, au même moment. Que nous ne pouvons échapper à notre existence en commun.

Coproduction
Durée
2 h 00
Lieu
Grande salle
Prochaines dates
    Prix des places

    de 9 à 38 €

    + Détails des tarifs

    Texte français – Florence Dupont – éditions Actes Sud / Collaboration artistique – Alexandre Dain / Assistant à la mise en scène – Samy Zerrouki / Scénographie – Thomas Jolly, Christèle Lefèbvre / Musique – Clément Mirguet / Ingénieur son – Olivier Renet / Lumière – Antoine Travert, Philippe Berthomé / Costumes – Sylvette Dequest assistée de Magali Perrin-Toinin / Accessoires – Christèle Lefèbvre, Marion Pellarini assistées de Fanny Gravouil / Maquillage – Élodie Mansuy / Vidéo – Fanny Gauthier / Direction technique – Pierre-Yves Chouin / Construction du décor – Le Grand T, Théâtre de Loire Atlantique et La Piccola Familia / Sculpture monumentale – Villemot Adina, David Bertrand, François Corbal, Cyril Corniller, Maya Eneva, Aleth Gallen, Grégory Gaudin, Sébastien Grangereau, Camille Guillard, Fabien Guyard, Eva Huleu, Joséphine Javier, Pascal Pietri, Simon Plancher, Adèle Romieu, Éric Terrien / Autres éléments scéniques – Fred Gil, Olivier Leroy, Camille Lissarre, Jean-Baptiste Papon / Fabrication des costumes par les ateliers du Théâtre National de Strasbourg et La Piccola Familia

    Production : La Piccola Familia, Festival d’Avignon, Théâtre national de Strasbourg, La Comédie de Saint-Étienne – Centre dramatique national
    Coproduction : ExtraPôle Provence-Alpes-Côte d’Azur, La Villette – Paris, Théâtre de Caen, La Criée – Théâtre national de Marseille, Centre dramatique national de Rouen Normandie, Théâtre de l’Archipel – Scène nationale de Perpignan, Le Grand T – Théâtre de Loire-Atlantique, Célestins – Théâtre de Lyon, anthéa – Théâtre d’Antibes, Théâtre Liberté – Scène nationale de Toulon
    Avec le soutien de la région Normandie et du département de Seine-Maritime et de la Ville de Rouen
    En partenariat avec le Théâtre national de l’Opéra-Comique
    Avec la participation de Make Up For Ever

    Création le 6 juillet 2018 à la Cour d’honneur du Palais des papes, Festival d’Avignon

    Un opéra rock aux accents parfois kitsch, à la démesure oppressante et folle. Une odyssée sauvage aux racines extravagantes, terribles du mal que chacun porte en soi. Télérama

     

    Un décor choc, des musiques électroniques lancinantes, un quatuor à cordes et des choeurs poignants. A la première seconde, le spectateur est saisi à la gorge et ne connaîtra aucun répit. Les Échos week-end

     

    Un spectacle punk, gore, trash, gothique et populaire qui rajeunit magistralement la Cour d’Honneur du Palais des Papes. France Culture

     

    Ce spectacle tressé d’une main inspirée vous plonge dans le chaudron des vieux mythes, là où «crapotent» les pulsions, où les diables, nos doubles refoulés, cherchent leurs masques. Le Temps

     

    Le « Thyeste » de Thomas Jolly, aussi glaçant que spectaculaire. Culturebox

    Bord de scène : mer. 13 fév. rencontre avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation

    Conférence/avant-propos : ven. 15 fév. à 18h dans la Grande salle, Les Atrides : petites tragédies en famille par Marie-Karine Lhommé, maitre de conférence de langue et littérature latines à l’Université Lumière Lyon 2.
    Entrée libre. Durée : 45 min.

    Les Atrides, ou plutôt, les Tantalides, forment une famille qui concentre les crimes les plus atroces : meurtres d’un fils, d’une fille, d’un frère, d’un époux, d’une mère, viol doublé d’un inceste, adultère et trahison entre frères, cannibalisme… Cette famille de monstres a inspiré les auteurs tragiques dès l’Antiquité et inspire encore aujourd’hui auteurs et metteurs en scène. Comment mettre en mots l’indicible, le crime qui les mène aux frontières de l’humain ? Et, plus encore, comment mettre en scène, donner à voir un crime insupportable aux yeux des spectateurs ? Après un bref rappel du mythe et du catalogue des crimes des Atrides, cette conférence proposera quelques réponses en partant de la littérature antique et des mises en scènes contemporaines.