Ainsi les hommes filent : et si les hommes
étaient faits d’étoffe indémaillable, nous ne
raconterions pas d’histoires, n’est-ce pas ?
PIERRE MICHON, LES ONZE

 

Le temps est venu de tirer les fils pour raconter de nouvelles histoires,
où le passé ni glorieux, ni fatal, frappe à la porte de notre présent incertain,
nous rappelle notre part dans ce qui advient et nous oblige pour demain,
où les dieux et les héros sont convoqués à hauteur d’homme,
sur les rivages magiques des mythes qui nous façonnent,
où la langue intrépide des poètes frappe nos cœurs,
et ranime avec ardeur notre communauté de destins,
où l’ici s’affirme sans pourtant renoncer à l’ailleurs,
et nous invite à parcourir de nouveaux chemins,
sans crainte de nous égarer, guidés par nos rêves et nos espoirs,
sans redouter que nous échappe là-bas ce qui nous tient ici,
car nous n’abandonnons rien de nos amours et de nos mémoires,
alors, mettons-nous à l’ouvrage si le cœur vous en dit,
le temps est venu de tisser une nouvelle étoffe.