Professeur Bernhardi

Professor Bernhardi

De
Arthur Schnitzler
Mise en scène
Thomas Ostermeier
Avec
Damir Avdic, Veronika Bachfischer, Thomas Bading, Robert Beyer, Johannes Flaschberger, Christoph Gawenda, Moritz Gottwald, Jorg Hartmann, Laurenz Laufenberg, Eva Meckbach, David Ruland, Sebastian Schwarz, Konrad Singer, Lukas Turtur

INTERNATIONAL ALLEMAGNE

Le professeur Bernhardi, médecin et directeur d’une clinique renommée, empêche un prêtre d’apporter l’extrême-onction à une jeune mourante qui, délirante, se croit guérie. Il ne veut pas la priver de cette dernière heure de félicité et d’espoir. Pour le médecin juif, cet incident avec un prêtre catholique devient un scandale fomenté par un confrère ambitieux et la montée de l’antisémitisme. Thomas Ostermeier s’empare du texte de Schnitzler avec une acuité et un ancrage au présent. Il nous amène à interroger, dans une esthétique quasi filmique, l’agitation des sentiments populistes et l’instrumentalisation de la vérité dans la quête du pouvoir. On connait le goût du metteur en scène pour la chose politique, son exploration sans pitié des compromissions et petits arrangements qui font le fiel de notre époque. Il dissèque avec finesse l’âme humaine en s’appuyant sur le jeu puissant des acteurs de la Schaubühne.

Spectacle
Durée
2 h 45
Lieu
Grande salle
Prochaines dates
    Prix des places

    de 9 à 38 €

    + Détails des tarifs

    Informations

    Spectacle en allemand surtitré en français

    Réserver

    Adaptation – Florian Borchmeyer, Thomas Ostermeier / Dramaturgie – Florian Borchmeyer / Scénographie – Jan Pappelbaum / Costumes – Nina Wetzel / Musique – Malte Beckenbach / Directeur de la Scénographie – Matthias Schellenberg / Caméramans – Moritz von Dungern, Joseph Campbell, Florian Baumgarten / Vidéo – Jake Witlen / Lumière – Erich Schneider / Peintures murales – Katharina Ziemke

    Production : Schaubühne – Berlin

    [L’interprétation de la Schaubühne] s’avère extraordinairement vive et vivante, riche et captivante dans son intelligence, son épure et sa rigueur. La Croix

     

    Sur un mode chirurgical, Ostermeier déroule sa noire comédie en blouses blanches. C’est virtuose, glaçant. Un nouveau coup de maître du prodige allemand. Les Échos